Article

(disponible) - Article
L'olfaction : un sens à ne pas méconnaître, en particulier chez les personnes âgées : rappel de l'anatomophysiologie / DHOUIB, Samir ; VERGNON, Laurent.
La revue de gériatrie, 2006, vol. 31 (01 (janv.)).


Mots-clés principaux
:
Olfaction
Physiologie olfactive
Anatomie
Nez


Résumé :

L'usage (et surtout le mésusage) d'alcool représente la première cause d'atteinte cognitive avant 60 ans. Après cet âge la part des autres démences (dégénératives et vasculaires) augmente, mais l'alcool demeurerait la troisième cause de syndrome démentiel en France.
A l'opposé, la consommation modérée de boissons alcoolisées (1 à 3 verres par jour), a été associée à une moindre fréquence de survenue de syndromes démentiels (rôle de l'alcool ou d'autres substances présentes dans les boissons alcoolisées, du vin essentiellement).
Cet article, après avoir passé en revue ces deux premiers liens, aborde deux autres thèmes liant alcool et démence, en dehors des relations de causalité ou de protection éventuelle.
La co-existence d'une maladie démentielle et d'une maladie alcoolique (usage nocif d'alcool ou alcoolodépendance) est possible. Pour autant, l'existence d'une atteinte cognitive n'empêche pas les soins en alcoologie, n'implique pas une abstention thérapeutique systématique face aux difficultés avec l'alcool, ni la seule limitation forcée d'accès aux boissons alcoolisées. Il est possible d'aider ces malades alcooliques, dans le cadre de soins adaptés à la personne et à leurs capacités cognitives.
Enfin, en dehors de toute relation pathologique à l'alcool, l'avancée en âge ajoutée à l'existence de troubles cognitifs, rendent le sujet très sensible aux effets de substances psychoactives. Ce qui est souvent pris en compte pour les médicaments psychotropes est parfois oublié pour l'alcool. Dans une représentation de bien-être commun, "un petit verre peut faire plaisir"... mais peut aussi induire des troubles de vigilance ou des troubles du comportement marqués, d'autant qu'un traitement psychotrope coexiste. Ce propos n'est pas un plaidoyer prohibitionniste, mais une mise en balance bénéfices/risques lors de la consommation d'alcool par des sujets âgés fragiles.


Langue : Français
Doc n° : 21654
NumRec : 2165403
 

       

  Copier Permanent URL de cette page Ajouter cette page

     

disponible
Réserver
Pour réserver ce document, vous devez d'abord vous connecter


Aller vers :   IUGM    Fondation IUGM   Centre de recherche IUGM