Article

(disponible) - Article
Evaluation de l'aide aux aidants dans la maladie d'Alzheimer / THOMAS, Philippe.
La revue de gériatrie, 2007, vol. 32 (06 (juin)), p. 471-473.


Mots-clés principaux
:
Recension des écrits
Revue systématique
Proche aidant
Soutien
Méta-analyse


Résumé :

L'évaluation de l'aide aux aidants dans la maladie d'Alzheimer est un sujet d'actualité, nombre d'initiatives étant prises aujourd'hui par de multiples intervenants pour assurer un soutien adapté et efficace aux aidants informels de malades déments.

Les auteurs ont analysé 127 études en anglais, en espagnol, en hollandais ou en allemand portant sur l'évaluation du soutien apporté aux aidants informels. Soixante seize de ces études ont été plus spécifiquement retenues car se prêtant à une analyse statistique. Les différents champs de l'action de l'aide aux aidants ont été ainsi définis : 1) interventions psychosociales visant à promouvoir le rôle actif de soignants informels et à développer de nouvelles compétences ; 2) thérapie cognitive et comportementale en vue de modifier les croyances et développer de nouveaux comportements plus adaptés; 3) soutien psychologique et règlement de conflits intrafamiliaux ; 4) soutien psychologique de groupe ; 5) répit ; 6) formation technique du donneur de soins ; 7) interventions combinées associant le plus souvent formation technique du donneur de soins, soutien psychologique et répit.
L'efficacité des méthodes de prise en charge a été évaluée sur le court terme et le moyen terme (11 mois) : effet sur le fardeau, la dépression de l'aidant, sa sensation de bien être, ses aptitudes dans la prise en charge et ses connaissances, les symptômes du malade et le risque d'institutionnalisation. Le tableau 1 présente l'impact général des interventions d'aides aux aidants à court et moyen terme. Le tableau 2 présente l'impact des diverses méthodes utilisées et évaluées sur le court terme.

Les interventions psychosociales ont un impact sur tous les champs étudiés, sauf le risque d'institution. Elles ne sont efficaces que si l'aidant participe de façon active à la formation. Dans l'ensemble, les femmes aidantes sont plus vulnérables et davantage dépressives que les hommes, mais elles bénéficient plus qu'eux du soutien. Dans la plupart des études présentées, les aidants jeunes sont seuls représentés, les aidants âgés s'excluant des formations ou n'étant pas inscrits dans les circuits de formation les concernant. Plus les études sont récentes et plus leur résultat est satisfaisant, témoignant de la prise en compte des expériences antérieures.
L'impact sur le moyen terme est modeste, impliquant la nécessité d'une réflexion sur le rythme et le calendrier du soutien aux aidants informels. Les résultats varient selon les secteurs et la méthode de soutien préconisée, ce qui laisse à penser que les indications de telle ou telle méthode doivent être fonction des problématiques rencontrées par l'aidant, problématiques qui peuvent évoluer au cours de son histoire de vie avec le malade. Une ré-évaluation périodique des difficultés est donc indispensable.

Langue : Français
Doc n° : 23030
NumRec : 2303003
 

       

  Copier Permanent URL de cette page Ajouter cette page

     

disponible
Réserver
Pour réserver ce document, vous devez d'abord vous connecter


Aller vers :   IUGM    Fondation IUGM   Centre de recherche IUGM