Article

(disponible) - Article
Apathie et pathologies neurologiques / coord. ROBERT, Philippe.
Neurologies, 2011, vol. 14 (136 cahier 1), p. 101-120.

http://www.neurologies.fr/revues-neurologies/volume-14,... (21-11-2011)
Droits d'auteur : Cette oeuvre est protégée par un droit d'auteur. Elle ne peut être reproduite qu'à des fins d'études privées ou de recherche et seulement si la source est mentionnée.

Lieux géographiques
: France

Mots-clés principaux
:
Apathie
Maladie du système nerveux
Technique et procédé diagnostiques

Mots-clés secondaires : Maladie de Parkinson ; Maladie d'Alzheimer ; Neuropsychiatrie

Résumé :

Dossier comportant 4 articles :

1. Les critères diagnostiques de l'apathie en neuropsychiatrie

L'apathie est un syndrome en rapport avec un trouble de la motivation. Les différentes dimensions identifiées comme caractéristiques impliquent la perte d'initiative, la perte d'intérêt et l'émoussement des affects. Son retentissement est majeur dans la mesure où la présence d'apathie majore la perte d'autonomie et l'altération cognitive. Par ailleurs, l'apathie pourrait être un facteur pronostique de conversion des déclins cognitifs légers en maladie d'Alzheimer. Ces éléments justifiaient le développement de critères diagnostiques de l'apathie révisés, à partir des travaux de Marin puis de Starkstein, via les propositions d'un consensus d'experts. Ces critères ont été validés et leur utilisation clinique évaluée dans le but de préciser leur place.

2. Apathie et maladie de Parkinson

L'apathie est fréquente dans la maladie de Parkinson. Elle peut survenir chez un patient parkinsonien déprimé. En début de maladie ou chez les patients traités par stimulation cérébrale profonde, elle peut être un signe hypodopaminergique. Elle peut aussi être associée au déclin des fonctions cognitives et précéder l'apparition d'une démence.

3. Apathie et maladie d'Alzheimer

L'apathie, initialement définie comme une perte de la motivation, est l'une des modifications comportementales les plus fréquentes au cours de l'évolution de la maladie d'Alzheimer, avec une prévalence moyenne d'environ 55 %. Ce syndrome est observable dès les stades précoces de la maladie et a un retentissement négatif fort : majoration du déclin cognitif et fonctionnel, fardeau important pour l'entourage. La physiopathologie de ce syndrome est mieux connue, grâce en partie à l'apport de l'imagerie cérébrale, et implique les circuits neuronaux fronto-sous-corticaux. En revanche, il n'existe actuellement pas de traitements médicamenteux spécifiques de l'apathie.

4. Apathie dans les maladies d'Alzheimer et de Parkinson

L'apathie est un syndrome clinique caractérisé par des modifications comportementales, incluant une perte de l'intérêt, une perte de l'initiative et un émoussement des affects. L'apathie est un des troubles comportementaux les plus fréquents dans les pathologies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson, mais reste souvent sous-diagnostiquée et insuffisamment prise en charge. Son retentissement négatif est important, car l'apathie favorise le déclin cognitif, fonctionnel, et la qualité de vie du patient, mais augmente également le stress et le fardeau de l'aidant.

Illustrations : ill.
Langue : Français
Doc n° : 28717
NumRec : 6010503
 

       

  Copier Permanent URL de cette page Ajouter cette page

     

disponible
Réserver
Pour réserver ce document, vous devez d'abord vous connecter


Aller vers :   IUGM    Fondation IUGM   Centre de recherche IUGM