Monographie

En ligne (disponible) - Monographie
La « migration de remplacement » au Québec : à quel point peut-on compter sur l'immigration pour contrer les problèmes démographiques appréhendés ? / MAROIS, Guillaume.
Hamilton : McMaster University, Program for Research on Social and Economic Dimensions of an Aging Population, 2009, vii, 92 p.

http://socserv.mcmaster.ca/sedap/p/sedap252.pdf (24-12-2013)
Collection : SEDAP Research Paper ; no 252
Format de fichier : Adobe Acrobat PDF
Droits d'auteur : Cette oeuvre est protégée par un droit d'auteur. Elle ne peut être reproduite qu'à des fins d'études privées ou de recherche et seulement si la source est mentionnée.

Lieux géographiques
: Québec (province), Canada

Mots-clés principaux
:
Immigration
Vieillissement démographique
Population active
Statistiques
déclin démographique

Mots-clés secondaires : Fécondité

Résumé :

Le Québec, comme la plupart des sociétés occidentales, fait face à un vieillissement de sa population, engendrant de nombreuses conséquences économiques, politiques et sociales. Une solution souvent envisagée est de compter sur l'immigration pour amoindrir, repousser ou même contrer certaines conséquences. C'est à cet effet que la migration de remplacement apporte sa contribution : elle a pour but de connaître le nombre d'immigrants nécessaire pour atteindre des objectifs démographiques précis, soit, dans le cadre de cette étude, éviter le déclin de la population totale, éviter le
déclin de la population en âge de travailler et éviter que la part des 65 ans et plus dans la population totale dépasse 25%.
Les résultats démontrent qu'il serait possible pour le Québec d'éviter le déclin de sa population si la fécondité ne diminue pas et si une bonne gestion de l'immigration est appliquée : la migration de remplacement n'est pas excessivement élevée. Cependant, accueillir trop d'immigrants avant que cela ne soit essentiel nuirait à l'atteinte de cet objectif. Le déclin de la population âgée entre 20 et 64 ans est quant à lui inévitable : peu importe le niveau de fécondité, la migration de remplacement est beaucoup plus élevée pour les deux prochaines décennies que tout ce qui a pu être envisagé pour le
Québec. Finalement, l'immigration n'a pas d'impact significatif sur la structure par âge d'une population : il est donc tout à fait irréaliste de vouloir compter sur cette composante pour éviter que la part des 65 ans et plus dans la population totale ne dépasse 25%. La seule façon pour que cet objectif soit possible serait une augmentation rapide de la fécondité au seuil de renouvellement de la population. Cela signifie que l'immigration ne peut en aucun cas empêcher le vieillissement de la population ou avoir un impact significatif sur le processus.

Illustrations : graph.
Langue : Français
Doc n° : 30660
NumRec : 6589403
30660.pdf
30660.pdf
 

       

  Copier Permanent URL de cette page Ajouter cette page

     

disponible
Réserver
Pour réserver ce document, vous devez d'abord vous connecter


Aller vers :   IUGM    Fondation IUGM   Centre de recherche IUGM