Chapitre de livre

En ligne (disponible) - Chapitre de livre
Concept, utilité et prise en charge du déficit cognitif léger et du trouble cognitif sans démence / CHERTKOW, Howard. In Troisième conférence canadienne de consensus sur le diagnostic et le traitement de la démence : 146 recommandations approuvées : version finale.
Montréal : Conférence canadienne de consensus sur le diagnostic et le traitement de la démence, 2007, p. 3-4.

http://www.cccdtd.ca/pdfs/Recommandations_approuvees_CC... (03-05-2011)
Format de fichier : Adobe Acrobat PDF
Droits d'auteur : Cette oeuvre est protégée par un droit d'auteur. Elle ne peut être reproduite qu'à des fins d'études privées ou de recherche et seulement si la source est mentionnée.

Lieux géographiques
: Canada

Mots-clés principaux
:
Déficit cognitif léger
Trouble cognitif
Facteur de risque
Démence
Prévention
Prise en charge


Résumé :

1. Les médecins devraient savoir que la plupart des démences sont précédées d'une période de léger déclin cognitif identifiable. Ils devraient être familiers avec la notion de déficit cognitif léger (DCL, ou encore trouble cognitif sans démence [TCSD]) en tant qu'état de risque élevé de déclin et de démence (grade B, niveau 3).
2. Les données actuelles sont insuffisantes pour privilégier un terme ou une appellation (DCL ou TCSD) par rapport à l'autre (grade B, niveau 3).
3. En présence de DCL, les preuves sont insuffisantes pour recommander d'aviser le patient et sa famille que le sujet présente déjà des signes de démence ou de traiter le DCL comme s'il s'agissait d'une démence (grade C, niveau 2).
4. Il existe des données suffisantes à l'effet que les médecins devraient suivre de près les personnes présentant un DCL ou un TCSD, car il est bien établi qu'il en résulte un risque accru de démence et de mortalité (grade B, niveau 2).
5. Dans les cas où l'on soupçonne un déficit cognitif ou nourrit des doutes quant à l'intégrité des fonctions cognitives du sujet et que le score au Mini Mental State Examination (MMSE) se situe dans la normale (24-30), on peut administrer des tests comme le Montreal Cognitive Assessment (MoCA), le DemTect ou les corrélations cognitivo-métaboliques. Ces outils d'évaluation aident à repérer objectivement le déclin cognitif (grade B, niveau 2).
6. Il existe des données probantes pour recommander l'adjonction de tests neuropsychologiques approfondis pour aider à confirmer le diagnostic (grade A, niveau 1).
7. Les données actuelles ne permettent pas de conclure qu'une intervention cognitive structurée aide à prévenir l'évolution du DCL ni d'en justifier la prescription (grade C, niveau 1).
8. Il existe des données acceptables à l'effet que les médecins et les thérapeutes devraient encourager les aînés, présentant ou non une perte de mémoire, à s'adonner à des activités cognitives dans le cadre d'un programme global pour vivre sainement (grade B, niveau 1).
9. Il existe des données acceptables à l'effet que les médecins et les thérapeutes devraient encourager les aînés, présentant ou non une perte de mémoire, à pratiquer des activités physiques à un degré adapté à leur capacité, dans le cadre d'un programme global pour vivre sainement (grade B, niveau 2).
10. Les données actuelles ne permettent pas de conclure qu'un programme particulier d'entraînement physique doit être prescrit aux personnes présentant un DCL dans le but d'en prévenir l'évolution vers la démence (grade C, niveau 3).
11. Les données actuelles sont insuffisantes pour recommander l'emploi des inhibiteurs de la cholinestérase dans les cas de DCL (grade C, niveau 1).
12. Les données actuelles tendent à plaider contre l'usage des antiinflammatoires non stéroïdiens en présence de DCL (grade D, niveau 1).
13. Les données actuelles tendent à plaider contre le recours à l'oestrogénothérapie substitutive en présence de DCL (grade D, niveau 1).
14. Les données actuelles tendent à plaider contre l'emploi du ginkgo biloba
dans les cas de DCL (grade D, niveau 1).
15. Les données actuelles tendent à plaider contre la prise de vitamine E en présence de DCL (grade D, niveau 1).
16. Étant donné que les facteurs de risque vasculaire et les affections comorbides influent sur la genèse et la manifestation de la démence, il y a lieu de dépister ces problèmes et d'entreprendre un traitement optimal au besoin (grade B, niveau 2).

Langue : Français
Doc n° : 27693
NumRec : 5734103
Contenu dans
 

       

  Copier Permanent URL de cette page Ajouter cette page

     

disponible
Réserver
Pour réserver ce document, vous devez d'abord vous connecter


Aller vers :   IUGM    Fondation IUGM   Centre de recherche IUGM