m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  Maurice, Pierre | enregistrements trouvés : 8

     

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

Accès au texte intégral (2021-03-06)

"Pour éviter une détérioration de la santé physique, mentale et de la fonction cognitive qui pourrait nuire à l'autonomie et à l'indépendance des personnes de 65 ans et plus, il est important qu'elles adoptent un mode de vie physiquement actif. Pour mitiger l'impact des mesures sanitaires sur la pratique d'activités physiques, plusieurs stratégies complémentaires sont proposées au réseau de santé publique, à ses partenaires et aux municipalités." (INSPQ)
"Pour éviter une détérioration de la santé physique, mentale et de la fonction cognitive qui pourrait nuire à l'autonomie et à l'indépendance des personnes de 65 ans et plus, il est important qu'elles adoptent un mode de vie physiquement actif. Pour mitiger l'impact des mesures sanitaires sur la pratique d'activités physiques, plusieurs stratégies complémentaires sont proposées au réseau de santé ...

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Accès au texte intégral (2021-10-02)

Messages clés
Les chutes chez les personnes aînées constituent un problème de santé publique important compte tenu du vieillissement de la population, de l’ampleur du phénomène et de ses conséquences graves au sein de cette population.
Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, les mesures sanitaires qui ont été mises en place pour limiter la propagation du virus ont eu un impact négatif sur le niveau d’activité physique des personnes aînées, ce qui nous permet de craindre une réduction des capacités physiques de ces personnes et un accroissement des risques de chutes.
Les exercices visant à améliorer l’équilibre et la force musculaire, supervisés par des professionnels et accompagnés de capsules d’information, sont reconnus comme étant efficaces pour prévenir les chutes chez les personnes aînées, mais ce type d’activités a dû être suspendu en raison des consignes sanitaires.
Plusieurs applications et sites web développés par des organismes dédiés à la prévention des chutes offrent des programmes d’exercice visant à améliorer la force et l’équilibre chez les personnes aînées. Ils proposent également de l’information pertinente en matière de prévention des chutes.
Les acteurs de santé publique (niveau régional et territorial) pourraient recourir aux réseaux de partenaires qui interviennent auprès des personnes aînées pour diffuser les outils décrits dans ce répertoire. Ces activités de diffusion devraient être accompagnées de mesures (p. ex. un soutien financier ou technologique) pour les rendre accessibles. De même, l’utilisation d’outils en format papier peut s’avérer un choix judicieux lorsque le recours à des technologies numériques est trop difficile.
Bien que l’efficacité des exercices réalisés individuellement à l’aide de plateformes numériques n’ait pas été démontrée, ils représentent une solution de remplacement intéressante en l’absence d’activités supervisées.
Messages clés
Les chutes chez les personnes aînées constituent un problème de santé publique important compte tenu du vieillissement de la population, de l’ampleur du phénomène et de ses conséquences graves au sein de cette population.
Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, les mesures sanitaires qui ont été mises en place pour limiter la propagation du virus ont eu un impact négatif sur le ...

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Accès au texte intégral (24-04-2019)

"Au Québec, le vieillissement de la population est un fait bien établi en raison de son évolution rapide. Il se traduit par une augmentation du nombre d’aînés, dont le poids démographique ne cessera de croître au cours des prochaines décennies. À cet égard, les chutes chez les aînés, facteur important de la perte d’autonomie, représentent un problème d’envergure au Québec. Toutefois, il est possible d’amoindrir les conséquences des chutes sur la population et sur le système de santé, notamment en adoptant des politiques ou des programmes qui visent à faire augmenter l’espérance de vie en bonne santé et, par le fait même, à repousser le plus loin possible les années de dépendance.

Dans le Programme national de santé publique 2015-2025, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) réaffirme l’importance de poursuivre les activités de prévention des chutes chez les aînés. Pour soutenir le déploiement de ces activités au niveau local, le MSSS a développé et diffusé, en 2004, un cadre de référence sur la prévention des chutes dans un continuum de services pour les aînés vivant à domicile. Ce cadre de référence repose sur une analyse des programmes de prévention dont l’efficacité est reconnue et contient des interventions adaptées au contexte québécois.

Une mise à jour du cadre de référence a été réalisée en fonction des nouvelles connaissances et des nouveaux contextes dans lequel il se déploie. Par ailleurs, comme dans l’édition précédente, le Cadre de référence s’accompagne d’un document complémentaire faisant état des données scientifiques dans le domaine." (MSSS)
"Au Québec, le vieillissement de la population est un fait bien établi en raison de son évolution rapide. Il se traduit par une augmentation du nombre d’aînés, dont le poids démographique ne cessera de croître au cours des prochaines décennies. À cet égard, les chutes chez les aînés, facteur important de la perte d’autonomie, représentent un problème d’envergure au Québec. Toutefois, il est ...

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Accès au texte intégral (24-04-2019)

"Au Québec, le vieillissement de la population est un fait bien établi en raison de son évolution rapide. Il se traduit par une augmentation du nombre d’aînés, dont le poids démographique ne cessera de croître au cours des prochaines décennies. À cet égard, les chutes chez les aînés, facteur important de la perte d’autonomie, représentent un problème d’envergure au Québec. Toutefois, il est possible d’amoindrir les conséquences des chutes sur la population et sur le système de santé, notamment en adoptant des politiques ou des programmes qui visent à faire augmenter l’espérance de vie en bonne santé et, par le fait même, à repousser le plus loin possible les années de dépendance.

Dans le Programme national de santé publique 2015-2025, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) réaffirme l’importance de poursuivre les activités de prévention des chutes chez les aînés. Pour soutenir le déploiement de ces activités au niveau local, le MSSS a développé et diffusé, en 2004, un cadre de référence sur la prévention des chutes dans un continuum de services pour les aînés vivant à domicile. Ce cadre de référence repose sur une analyse des programmes de prévention dont l’efficacité est reconnue et contient des interventions adaptées au contexte québécois.

Une mise à jour du cadre de référence a été réalisée en fonction des nouvelles connaissances et des nouveaux contextes dans lequel il se déploie. Par ailleurs, comme dans l’édition précédente, le Cadre de référence s’accompagne d’un document complémentaire faisant état des données scientifiques dans le domaine." (MSSS)
"Au Québec, le vieillissement de la population est un fait bien établi en raison de son évolution rapide. Il se traduit par une augmentation du nombre d’aînés, dont le poids démographique ne cessera de croître au cours des prochaines décennies. À cet égard, les chutes chez les aînés, facteur important de la perte d’autonomie, représentent un problème d’envergure au Québec. Toutefois, il est ...

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

Accès au texte intégral (11-03-2014)

L’objectif général poursuivi dans cette synthèse est de faire état des connaissances scientifiques concernant la recherche par des professionnels de la santé et des services sociaux oeuvrant en première ligne des cas de maltraitance envers des aînés vivant à domicile. Pour atteindre cet objectif, les quatre questions de recherche suivantes sont examinées :

1. Quelles sont les recommandations émises par les organisations et les experts concernant la recherche de cas?
2. Quels sont les facteurs qui influencent la recherche de cas par des professionnels de la santé et des services sociaux?
3. Quels sont les outils existants destinés aux professionnels de la santé et des services sociaux pour faciliter la détection des cas de maltraitance envers les personnes aînées et quelle est la validité de ces outils?
4. Quelle est l’efficacité des interventions visant à augmenter la recherche de cas de maltraitance envers des aînés par des professionnels de la santé et des services sociaux?
L’objectif général poursuivi dans cette synthèse est de faire état des connaissances scientifiques concernant la recherche par des professionnels de la santé et des services sociaux oeuvrant en première ligne des cas de maltraitance envers des aînés vivant à domicile. Pour atteindre cet objectif, les quatre questions de recherche suivantes sont examinées :

1. Quelles sont les recommandations ...

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Accès au texte intégral (28-12-2011)

Conclusion et recommandations
"L'ensemble de la démarche a permis de conclure à la nécessité de développer pour le Québec un cadre législatif pour réglementer l'utilisation des AMM sur la voie publique. Parmi les principaux aspects à inclure dans un tel cadre, l'INSPQ recommande de spécifier dans le Code de la sécurité routière (CSR) que les utilisateurs d'AMM ont un statut double selon l'infrastructure utilisée : « cycliste » sur la chaussée et « piéton » sur le trottoir et lors de la traversée d'une intersection. Il est également recommandé de spécifier dans le CSR qu'une AMM est à la fois « conçue pour, et utilisée par », une personne ayant des incapacités à la marche. Le CSR devrait aussi définir les exclusions à la catégorie « AMM », notamment les appareils de transport personnel motorisés (ATPM).

Par ailleurs, pour permettre aux policiers d'appliquer les règles de circulation et d'accès au réseau, l'INSPQ propose d'étudier et de valider l'efficacité et l'applicabilité de certains mécanismes de contrôle (ex. : formation, capacité de conduite, attestation de handicap, homologation).

Au regard des infrastructures, l'INSPQ propose d'autoriser la circulation des AMM sur la chaussée, en autant que la vitesse affichée soit = 50 km/h. L'utilisateur d'une AMM devrait alors se comporter comme un cycliste, à l'exception des carrefours où il devrait se comporter comme un piéton. Le trottoir devrait être réservé aux usagers d'AMM qui présentent une incapacité à la marche. À l'extérieur des trottoirs, l'INSPQ propose d'interdire la circulation des AMM à contresens du trafic, à l'exception des sens uniques. Dans cette éventualité, les AMM devraient circuler du côté droit de l'infrastructure et une signalisation devrait indiquer cette possibilité. La circulation des AMM sur les voies cyclables devrait être autorisée et encouragée.

Afin d'assurer la sécurité de tous les usagers de la route et pour mieux distinguer les catégories d'utilisateurs et d'appareils (ex. : AMM vs ATPM), l'INSPQ suggère la création par Transports Canada d'une classe de véhicule « AMM », définissant des normes de conception et de fabrication pour ces appareils avec la possibilité de développer un système d'homologation national. En ce qui concerne l'équipement de sécurité, l'INSPQ recommande d'exiger le fanion orange à une hauteur d’au moins 1,5 m, les réflecteurs ainsi qu'un phare avant et une lumière arrière pour la circulation de nuit.

Par ailleurs, l'INSPQ recommande de ne pas restreindre l'usage en fonction de l'âge ou sur des bases temporelles.

Enfin, considérant les lacunes de la littérature et devant la complexité du phénomène en cause, l'INSPQ recommande la réalisation d'un projet-pilote pour vérifier l'acceptabilité et l'applicabilité des avenues proposées ci-dessus." (INSPQ)
Conclusion et recommandations
"L'ensemble de la démarche a permis de conclure à la nécessité de développer pour le Québec un cadre législatif pour réglementer l'utilisation des AMM sur la voie publique. Parmi les principaux aspects à inclure dans un tel cadre, l'INSPQ recommande de spécifier dans le Code de la sécurité routière (CSR) que les utilisateurs d'AMM ont un statut double selon ...

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Accès au texte intégral (19-12-2011)

Plusieurs interventions efficaces ont été développées dans le but de prévenir les chutes chez les personnes âgées et les médecins sont appelés à les inclure dans leur pratique. Ce document présente les recommandations préliminaires à la production et la diffusion d’un guide de pratique en prévention des chutes basées sur les données scientifiques récentes et adaptées aux conditions de pratique des médecins du Québec. Il est le fruit d’une revue de littérature scientifique et d’une démarche rigoureuse par un comité scientifique composé de professionnels œuvrant en santé publique, de gériatres et de médecins de famille. Par ailleurs, le contenu scientifique du présent document peut certainement être utile aux autres professionnels de la santé intéressés par la prévention des chutes auprès des personnes âgées, qu’ils oeuvrent dans le cadre d’une pratique interdisciplinaire ou individuelle.
Plusieurs interventions efficaces ont été développées dans le but de prévenir les chutes chez les personnes âgées et les médecins sont appelés à les inclure dans leur pratique. Ce document présente les recommandations préliminaires à la production et la diffusion d’un guide de pratique en prévention des chutes basées sur les données scientifiques récentes et adaptées aux conditions de pratique ...

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Accès au texte intégral (19-12-2011)

Interventions universelles auprès des personnes âgées de 65 ans et plus
Exercices
• Recommander la pratique d’exercices de renforcement musculaire et d’équilibre;
• Recommander la pratique du Tai-chi.

La vision est-elle optimale?
• Vérifier si la personne a vu un optométriste ou un ophtalmologiste dans les deux dernières années;
• Recommander aux personnes avec cataracte la chirurgie d’exérèse;
• Référer pour évaluation du domicile les personnes avec troubles visuels importants.

La prise de vitamine D et calcium est-elle suffisante?
• Vérifier que tous prennent quotidiennement :
- un supplément de 800 UI à 1 000 UI de vitamine D3;
-1 200 mg de calcium (incluant les apports alimentaires).

La médication est-elle adéquate ?
• Réviser l’indication des médicaments, l’adhésion et les effets secondaires;
• Inciter à réduire la prise de benzodiazépines en discutant des risques associés à ces médicaments et des caractéristiques du sommeil normal. Quel est le risque de fracture?
• Vérifier les antécédents de fracture de fragilisation qui indiquent un risque élevé de fracture de 20 % sur 10 ans;
• Vérifier le risque de fracture (www.osteoporosecanada.ca/).

L’état nutritionnel est-il bon?
• Vérifier si la personne manifeste des indices de malnutrition : perte de poids, etc.;
• Vérifier si la personne est capable de se procurer des aliments sains et de préparer ses repas.
Interventions universelles auprès des personnes âgées de 65 ans et plus
Exercices
• Recommander la pratique d’exercices de renforcement musculaire et d’équilibre;
• Recommander la pratique du Tai-chi.

La vision est-elle optimale?
• Vérifier si la personne a vu un optométriste ou un ophtalmologiste dans les deux dernières années;
• Recommander aux personnes avec cataracte la chirurgie d’...

... Lire [+]

Filtrer

 
Liens Rapides